Exode en Moldavie : ceux qui rentrent

| |

Chaque année, ils sont des milliers de Moldaves à quitter le pays à la recherche d’une vie meilleure. Un quart de la population vivrait même à l’étranger. Mais certains font le choix de rentrer, malgré une vie parfois chaotique et imprévisible. Reportage.

Par Aliona Ciurcă Quitter Séoul pour Chișinău Elena Putina, 33 ans, a étudié pendant un an au Royaume-Uni, a vécu un an en Lituanie et deux ans en Corée. Elle est partie à Séoul avec son mari qui avait reçu une offre d’emploi dans le développement informatique et le graphisme. Là-bas, elle s’est brutalement confrontée à l’altérité, la Corée ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait connu jusque là. Son visa ne lui permettait pas de travailler à temps plein, ce qui a compliqué son adaptation, explique-t-elle. En 2016, après deux années passées à Séoul, Elena et son mari sont rentrés en Moldavie. Ils ont « sacrifié de grandes opportunités, mais gagné le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous