Bosnie-Herzégovine : le secteur du transport routier terrassé par le pandémie

| |

Depuis le début de la crise sanitaire, c’est tout le secteur des transports qui tire la langue en Bosnie-Herzégovine, alors que les échanges commerciaux se sont effondrés et que de nombreuses frontières restent fermées aux bus transportant des voyageurs. Les entreprises bosniennes attendent des aides de l’État, qui est pour l’instant aux abonnés absents.

Traduit et adapté par Aline Cateux (article original) Du 15 mars au 15 mai dernier, la circulation des bus a été totalement arrêtée en Bosnie-Herzégovine, et les pertes engendrées sont telles que beaucoup de compagnies pourraient dans les prochains mois avoir du mal à survivre. Avec la fermeture des frontières, le transport de voyageurs à l’international s’est également effondré, et les pertes atteignent pour certaines entreprises jusqu’à 80% du chiffre d’affaires de l’année précédente. Pour ne rien arranger, l’État bosnien n’a toujours pris aucune mesure de soutien en faveur du secteur des transports. « Selon les chiffres en notre possession, la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous