Croatie : les « téléphones verts », un outil de veille environnementale menacé

| |

Depuis 26 ans, les citoyens de Croatie peuvent signaler les dégradations de l’environnement qu’ils constatent en appelant le réseau des « téléphones verts », une plateforme rassemblant neuf organisations écologistes. Mais faute d’aides publiques conséquentes, celle-ci pourrait bientôt cesser ses activités.

Adapté d’un texte de Marina Kelava Le « Réseau des téléphones verts » est une plateforme rassemblant neuf associations qui couvrent toute la Croatie : Zelena Akcija de Zagreb, Eko Pan de Karlovac, Zelena Istra de Pula, Sunce de Split, Eko Zadar, Eko Krka de Knin, Zeleni Osijek et Nobilis de Čakovac. Mais ce réseau est aujourd’hui en difficulté financière. Ainsi, la ville de Zagreb ne verse au téléphone vert que des soutiens ponctuels (20 000 euros en 2017). À plusieurs reprises, des conseillers municipaux ont pourtant proposé d’inclure ce service dans le budget de la ville, sans réussir à recueillir les voix suffisantes. Pourtant, les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous