Croatie : la sanglante révolte de Sjeničak, une lutte paysanne oubliée

| |

À la fin du XIXe siècle, les populations des confins militaires de l’Empire austro-hongrois sont en ébullition. Après le « compromis historique », leurs privilèges sont abolis et les autorités favorisent et diffusent l’usage du hongrois dans les administrations et sur les frontons des bâtiments officiels. Il suffit d’une étincelle pour mettre le feu aux poudres. En 1897, ce sont les villageois de Sjeničak qui se soulèvent.

Par Milan Cimeša Le 22 décembre 1897, les principaux meneurs de la révolte de Sjeničak, qui avait éclaté au mois de septembre précédent, étaient condamnés à mort. De nombreux auteurs ont écrit sur cette révolte paysanne, notamment l’académicien serbe Gojko Nikoliš, natif de Sjeničak, Dušan Korać ou Mile Mrkalj, lui aussi né à Sjeničak. Ces trois auteurs se sont basés sur des sources historiques et leurs récits sont sensiblement les mêmes, à quelques détails près. « Les objectifs de la révolte paysanne de Sjeničak étaient clairs. Les villageois se battaient pour leurs droits élémentaires et pour les privilèges frontaliers qu’ils avaient acquis : le bois (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous