Bande dessinée : Komikaze, un collectif croate radical plein d’auto-dérision

| |

Créé en 2002 et réunissant plus de 300 auteurs du monde entier, le collectif croate Komikaze a obtenu la consécration au Festival d’Angoulême en recevant le Prix de la bande dessinée alternative. En 2015 déjà, Charlie Hebdo saluait leur fanzine pour sa richesse graphique et une approche radicale du 9e art. Entretien avec Ivan Marušić.

Traduit par Nikola Radić (article original) S.D. : Comment l’édition de la bande dessinée croate se porte-t-elle aujourd’hui ? I.M. : Elle est plus forte que jamais. Des centaines d’albums paraissent tous les ans. Cette production est soutenue par des collectionneurs et par l’État, notamment à travers le rachat d’un nombre d’exemplaires. Malheureusement, l’intérêt des éditeurs pour les auteurs croates est faible, voire inexistant. Contrairement aux grands éditeurs serbes qui, en plus des albums étrangers à succès, publient et soutiennent aussi leurs auteurs, ces valeurs nationales et authentiques ne sont pas reconnues en Croatie. Ce n’est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous