Coronavirus : les Balkans à l’heure des fake news

| |

Fausses nouvelles, bonnes ou mauvaises, théories du complot et appels au lynchage : dans tous les Balkans, les tabloïds emboitent le pas aux réseaux sociaux en répandant des informations non vérifiées...

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) De retour d’un voyage en Italie et testée positive au coronavirus, une femme bosnienne âgée de 51 ans a été victime d’un véritable lynchage sur les réseaux sociaux après la publication d’informations erronées par plusieurs médias, qui racontaient qu’elle avait assisté à un concert et pris les transports en commun. « Dans les commentaires sur Facebook, on pouvait lire que ma mère méritait d’être tuée parce qu’elle était infectée, qu’elle ne devait pas rentrer en Bosnie-Herzégovine. On nous attaquait de tous les côtés », s’indigne sa fille. En Serbie, une femme arrivée de Suisse sans symptômes et qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous