Au Kosovo, corruption, clientélisme et machisme vont très bien ensemble

| |

Au Kosovo, le népotisme et le clientélisme sont entretenus par des hommes, pour les hommes. Ce système fait obstacle à l’accès des femmes à la vie politique, limitant leur représentation et l’évolution des mentalités. Pour casser ce cercle vicieux, la lutte contre la corruption doit intégrer les questions de genres.

Traduit par Jad (article original) L’encadrement du financement des partis politiques est une question qui fait toujours débat au Kosovo. En juin 2019, 100 organisations de la société civile s’étaient prononcées contre un projet de loi, estimant qu’il violait tant la Constitution du pays que les règles internationales sur le financement des partis. La Commission de Venise a soutenu ce point de vue, rappelant qu’au Kosovo, des donations étaient effectuées en liquide, sans laisser de traces. Certains citoyens contribuent même avec des donations supérieures à leurs revenus annuels déclarés. Ces irrégularités sont directement liées à la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous