Albanie : quand le FMI critique l’ultralibéralisme du gouvernement Rama

| |

Des partenariats public-privé (PPP) en guise d’investissements publics, des coupes sombres dans le budget de l’administration publique et de nouvelles exemptions fiscales pour le secteur touristique : c’est désormais le FMI lui-même qui tire la sonnette d’alarme sur les conséquences risquées des choix toujours plus libéraux du gouvernement d’Edi Rama.

Par Louis Seiller Le Fonds monétaire international (FMI) ne semble pas convaincu par le « plan un milliard d’euros », présenté en début d’année par le Premier ministre Edi Rama, et qui vise notamment à élargir le recours à des partenariats public-privé (PPP). Dans leurs résultats préliminaires, rendus publics début octobre, les experts de l’organisation financière jugent que « l’ambitieux programme d’investissement public par les PPP pose des risques budgétaires importants ». Ces derniers mois, les PPP sont devenus l’une des formes d’actions privilégiées du gouvernement Rama dans des secteurs aussi divers que l’éducation, la santé, l’énergie ou la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous