Albanie : Edi Rama, le nouvel Enver Hoxha ?

| |

Depuis sa reconduction triomphale à la tête du pays le 25 juin, le Premier ministre Edi Rama gouverne seul l’Albanie. Son programme repose sur la « co-gouvernance citoyenne », une sorte de pseudo-démocratie participative anti-élites aux relents populistes. Un bon moyen d’éliminer tous ses adversaires et de renforcer un pouvoir de plus en plus oligarchique.

Par Jérôme André Quelques jours à peine après l’officialisation de sa victoire écrasante du 25 juin, Edi Rama annonçait le lancement d’une « nouvelle forme de démocratie » en Albanie. Pour le Premier ministre triomphalement reconduit, les conditions étaient désormais réunies « pour que les gens soient très proches du gouvernement ». Fort de sa majorité absolue au Parlement, le chef du Parti socialiste (PS), dispensé des fastidieuses tractations en vue de former une coalition, a martelé qu’il voulait certes partager le pouvoir, mais cette fois avec les « citoyens ». Tout l’été, aux quatre coins du pays, Edi Rama a enchaîné les discours, se (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous