Albanie : d’inquiétantes lois d’urgence contre la mafia et le terrorisme

|

Dans le cadre de la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, le gouvernement d’Edi Rama a approuvé vendredi 31 janvier plusieurs changements législatifs qui renforcent le pouvoir de l’exécutif, sans aucun contrôle. Les associations de défense des droits de la personne dénoncent des mesures liberticides.

Par la rédaction Les mesures d’urgence annoncées vendredi 31 janvier par le Premier ministre albanais pour « lutter contre le crime organisé » inquiètent les associations de défense des droits de la personne. Ce paquet prévoit notamment que le gouvernement puisse restreindre la liberté de mouvement, perquisitionner, placer des citoyens sur écoutes ou procéder à des arrestations sans décision de justice préalable. Baptisée « paquet spécial anti-KÇK », cette batterie de mesures a été présentée par Edi Rama comme un pas important pour « combattre le terrorisme, la mafia et le crime organisé ». KÇK (Kap Ça të Kapësh, « attrapez ce que vous pouvez ») (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous