Adhésion de la Finlande et de la Suède dans l’Otan : pourquoi la Turquie dit toujours non

|

Recep Tayyip Erdoğan refuse toujours de laisser entrer la Finlande et la Suède dans l’Otan. Le président turc, qui évoque officiellement des raisons de sécurité, semble tenter un coup de billard diplomatico-politique à plusieurs bandes. En face, les États-Unis jouent les médiateurs.

Par la rédaction « Nous avons dit à nos amis que nous dirions non à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’Otan. Nous continuerons sur notre lancée. » Jeudi, Recep Tayyip Erdoğan est resté droit dans ses bottes : la Turquie ne veut pas de la Finlande et de la Suède à ses côtés au sein de l’Alliance. L’homme fort d’Ankara invoque des « raisons de sécurité » pour justifier cette position qui va à l’encontre du souhait de tous les autres membres. « La Finlande et la Suède abritent des centres terroristes », martèle-t-il, en citant leur soutien aux forces kurdes en Syrie, que la Turquie considère comme une branche du Parti des travailleurs du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous