Adevarul

Roumanie : florilège des blagues du communisme

| |

Comme d’autres collectionnent les timbres ou les allumettes, Călin-Bogdan Ştefănescu a passé les dix dernières années du régime Ceausescu à recueillir des blagues politiques. Cet ancien ingénieur de l’Entreprise de transport de Bucarest (ITB) a minutieusement rassemblé, dans le secret le plus total, plus d’un millier de blagues de l’ère communiste. Raconter des blagues était à l’époque le sport national des Roumains, une manière de garder l’esprit libre face à l’absurdité du régime.

Par Florentina Tone Dernier souhait des Roumains : que Ceauşescu meure, pour que sa femme soit obligée de donner des cours particuliers de chimie afin de gagner son pain. (recueilli le 28 décembre 1988) Les yeux dans son recueil de blagues, Călin-Bogdan Ştefănescu se rappelle avec précision de l’origine de chacune de ses précieuses plaisanteries. Il a commencé à en recueillir par appréhension. Appréhension qu’elles puissent disparaître. « À cette époque, il circulait énormément de blagues, c’était le sport national des Roumains. Je contribuais à ce qu’elles soient répandues en les faisant passer à quelqu’un d’autre, mais je me suis rendu compte (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous