Les soupes populaires sont dépassées

Pauvreté en Bosnie-Herzégovine : le retour de la faim

| |

Pour se nourrir, de plus en plus de citoyens de Bosnie-Herzégovine n’ont pas d’autre ressource que les soupes populaires. Alors que la demande ne cesse d’augmenter, les moyens accordés pour subvenir aux besoins alimentaires des couches de la société les plus menacées diminuent.

Par Nidžara Ahmetašević Dans les rues de Sarajevo, il est devenu courant de voir des gens fouiller les poubelles à la recherche de nourriture, une capuche leur dissimulant le visage. Parmi eux, on trouve des personnes âgées, mais aussi des gens dans la force de l’âge et même de jeunes parents. D’après Zilha Šeta, qui dirige depuis mars 1992 la Soupe populaire (Narodna Kuhinja) de Sarajevo, la situation n’a jamais été aussi catastrophique. « Beaucoup de gens ont des enfants mais pas de travail. Les plus en difficulté sont ceux qui n’ont pas réussi à trouver un travail stable depuis la guerre, qui sont déjà âgés aujourd’hui, si bien que cela devient (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous