Les dernières infos • Manifestations en Serbie : le mouvement de contestation se propage dans la diaspora

|

Depuis le 8 décembre, chaque samedi soir, des milliers de Serbes défilent pour dénoncer la brutalité du pouvoir du Président Aleksandar Vučić. Une mobilisation partie des réseaux sociaux, sans dirigeant politique, qui se propage désormais à travers tout le pays. Notre fil d’info en continu et en accès libre.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Par la rédaction

Le mouvement de contestation se propage dans la diaspora

20 février - 18h : Après le soutien des universitaires et des scientifiques, la liste des signatures s’allonge sur la pétition qui circule dans les milieux de la culture et des arts. Par ailleurs, la désormais fameuse bannière #1od5miliona a été déployée à Vienne devant la Maison de l’Union européenne, ainsi qu’à New york, et un rassemblement est annoncé à Prague le 23 février.

Les partis d’opposition proposent un « accord avec le peuple »

17 février - 10h : Samedi soir, à l’occasion de « l’acte 11 » du mouvement de protestation commencé le 8 décembre dernier, les citoyens étaient invités à signer devant le Parlement de Serbie « l’accord avec le peuple », proposé par les 34 partis d’opposition. Vendredi et samedi, les manifestations ont de nouveau rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans près d’une cinquantaine de villes de Serbie.

L’opposition décider de boycotter le Parlement

Le Parlement de Serbie
© Wikipedia Commons

11 février - 19h : Les partis membres d’Alliance pour la Serbie (Savez za Srbiju, opposition) - le Parti démocratique (DS), Dveri, le Parti populaire (NS) de Vuk Jeremić, le Parti social-démocrate de Serbie de Boris Tadić, la Gauche de Serbie de Borko Stefanović - et quelques députés indépendants ont décidé qu’ils engageaient à partir d’aujourd’hui un « boycott » actif du Parlement : ils ne participeront plus aux séances plénières ni au travail des commissions, mais ils tiendront toujours des conférences de presse dans l’enceinte parlementaire.

Le Syndicat de l’armée rejoint le mouvement

9 février - 21h : Le Syndicat de l’armée serbe (Vojni sindikat Srbije, VSS) rejoint le mouvement. Son président, Novica Antić, a appelé samedi ses membres à rejoindre les citoyens « dans la bataille pour la loi et la Constitution », alors que « les institutions sont actuellement au service d’un seule homme ». Selon Novica Antić, des représentants du VSS auraient été invités à s’exprimer à la tribune des rassemblements dans plusieurs villes du pays.

Dixième samedi de mobilisation : Novi Beograd rejoint le centre de Belgrade

9 février - 18h : A l’initiative du groupe Ne davimo Beograd, un important cortège s’est rassemblée à 17h près du Sava Centar, à Novi Beograd, avant d’emprunter le Brankov Most pour rejoindre le centre de la ville et le dixième rassemblement consécutif.

Kosovo : rassemblement ce samedi à Gračanica

Samedi 2 février, Branislav Marković, citoyen de Gračanica, apportait symboliquement son soutien aux manifestations
© Danas

9 février - 10h : La semaine dernière, une manifestation #1od5miliona défilait dans les rues de Mitrovica, et ce samedi, ce sera à Gračanica, dans l’enclave serbe du Kosovo central. « Les rassemblements ne doivent pas avoir lieu seulement dans le nord du Kosovo mais dans toutes les villes du Kosovo, afin qu’il n’y ait pas de ’nouvelle frontière’ entre nous », explique Dejan Nedeljković, l’un des organisateurs. Rendez-vous est donné à 18h devant le siège de l’administration locale (kosovare), pour marcher jusqu’à la statue de Miloš Obilić, en passant devant le monastère.

Près de 10 000 personnes à Novi Sad

8 février - 21h : Avec près de 10 000 manifestants, Novi Sad a connu, vendredi soir, sa plus grosse manifestation depuis le début du mouvement.

Des cortèges dans tout le pays pour « l’acte 9 »

2 février - 18h : Des manifestations ont lieu ce samedi soir dans des dizaines de villes de Serbie. Pour la première fois, un cortège défilera dans les rues de Mitrovica, dans le nord du Kosovo. À Belgrade, les étudiants de la Faculté des sciences politiques appellent tous les étudiants à rejoindre le rassemblement prévu à 18h, à Plato. Ils réclament notamment la démission du ministre de l’Éducation et des sciences, Mladen Šarčević.

Carte des manifestations annoncées (source : BBC en serbe) :

Les militants du Lokalni Front de Kraljevo en route pour Mitrovica

Les militants du Lokalni Front en route pour Mitrovica
© Betaphoto

2 février -17h30 : Trois militants du Lokalni Front de Kraljevo sont partis à pied en direction de Mitrovica, où ils doivent prendre au premier rassemblement, organisé ce soir à 18h. Les militants du Lokalni Front étaient venus à pied de Kraljevo à Belgrade, pour prendre part au rassemblement du 16 janvier, anniversaire de l’assassinat d’Oliver Ivanović.

« Novi Sad doit être une ville libre »

« Novi Sad doit être une ville libre »
© Danas / Dušan Živkić

1er février - 19h : Plusieurs milliers de citoyens de Novi Sad se sont rassemblés ce soir à 18h, devant le Théâtre national serbe, pour un troisième vendredi consécutif, qui coïncide avec la fête de Novi Sad, célébrée chaque 1er février. Le rassemblement est placé sous le slogan : « Novi Sad doit être une ville libre ! »

Ce vendredi, des rassemblements ont également eu lieu à Bor, Čačak, Zaječar et Užice ainsi que, pour la première fois, à Leskovac.

Les intellectuels serbes de la diaspora soutiennent le mouvement

1er février -17h : Des centaines de chercheurs et universitaires de la diaspora, mais aussi des intellectuels et des artistes, ont signé un texte de soutien au mouvement de contestation. Ils rejoignent ainsi les universitaires de Serbie même qui sont toujours plus nombreux à rejoindre le mouvement. Retrouvez leur texte ici.

Rassemblements à Trstenik, Kuršumlija et Zrenjanin

31 janvier - 23h : Des rassemblements ont eu lieu ce jeudi à Trstenik et Kuršumlija ainsi que, pour la première fois, à Zrenjanin (Voïvodine), où plus d’un millier de citoyens ont défilé. Zrenjanin devient la 47e ville de Serbie à connaître des rassemblements contre le régime d’Aleksandar Vučić.

Les citoyens de Mitrovica-Nord rejoignent le mouvement

29 janvier - 18h : Une première manifestation #1od5miliona est prévue samedi 2 février à Mitrovica-Nord (Nord du Kosovo). L’objectif, selon les organisateurs, est que les habitants de Mitrovica-Nord et du Nord du Kosovo, ainsi que des autres régions à majorité serbe du Kosovo, manifestent leur solidarité avec le reste des manifestants en Serbie.

« Nous voulons envoyer un message à tout le monde, mais avant tout aux représentants de la Serbie », a déclaré Marko Jakšić, l’un des organisateurs, également membre de l’Initiative citoyenne Srbija, demokratija, pravda – Oliver Ivanović. « Nous avons aussi le droit à la liberté d’opinion et de parole, ainsi qu’à des élections libres », a-t-il souligné, réclamant « la fin des passages à tabac, des incendies de voitures, des pressions, des licenciements, des menaces ».

Les manifestants se donneront rendez-vous au pied de la statue du Prince Lazar et se dirigeront ensuite vers le lieu où l’un des dirigeants de l’opposition, Oliver Ivanović, a été assassiné il y a un an, en janvier 2018. Les manifestants allumeront des cierges à sa mémoire.

Manifestation ce dimanche contre les mini-centrales hydro-électriques

27 janvier - 10 h : Le mouvement « Défendons les rivières de la Stara Planina » appelle à un rassemblement ce dimanche à Belgrade, à 13h sur Studentski Trg. Ce mouvement s’oppose aux projets de constructions de mini-centrales hydro-électriques qui ravagerait les montagnes de la Stara Planina, dans l’est de la Serbie et leur éco-système fragile.

Desimir Stojanov Desko, figure de la résistance à ces projets dans le village de Rakita, avait pris la parole lors du rassemblement #1od5miliona du 29 décembre, et le mouvement citoyen de contestation qui s’étend en Serbie soutient la manifestation de ce dimanche.

Des dizaines de milliers de personnes à nouveau dans les rues de Belgrade

26 janvier - 22 h : Des dizaines de milliers de personnes ont à nouveau marché dans les rues de Belgrade, pour un huitième samedi consécutif, malgré le froid et la neige tombée ces dernières 24 heures. Le cortège a défilé du Plato de Studentski Trg jusqu’au siège du gouvernement, marquant des temps devant deux symboles de la propagande du régime d’Aleksandar Vučić, le siège du quotidien Politika et celui de la RTS, la télévision publique, dont ils ont symboliquement bloqué les accès avec des cordons proclamant « censuré ».

Au départ du cortège, le professeur Čedomir Čupić, figure des mobilisations démocratiques serbes depuis l’hiver 1996, s’est adressée à la foule. « Aleksandar Vučić a transformé l’État de droit en régime d’arbitraire personnel, le gouvernement en service d’écoute personnelle et le Parlement en une machine à voter chargée de légaliser son arbitraire », a-t-il lancé.

© CdB/ Marija Janković

30 manifestations annoncées ce week-end

26 janvier - 14h : L’une après l’autre, les différentes villes de Serbie entrent dans le mouvement. Jeudi, des manifestations ont eu lieu à Kuršumlija et Trstenik, vendredi à Novi Sad, Šabac, Čačak, Bor, Zaječar, Niš, Užice, Požarevac, Veliko Gradište et, pour la première fois, à Mladenovac, Vranje et Žitorađa.

Ce samedi, outre Belgrade, des cortèges sont annoncés à Kragujevac, Ruma, Sremska Mitrovica, Gornji Milanovac, Požega, Kraljevo, Prokuplije, Pirot, Sombor, Kruševac. À Belgrade, le rassemblement débutera à 18h au Plato de Studentski Trg et la manifestation se dirigera vers le siège du gouvernement. Čedomir Čupić, professeur de droit à la Faculté de Belgrade, et l’ancien juge Zoran Ivošević doivent s’adresser aux manifestants.

Les syndiqués de la RTS dénoncent la censure

26 janvier - 12h : Le syndicat Nezavinost de la culture et des médias a publié un communiqué vendredi dénonçant le traitement réservé aux manifestations par la télévision publique RTS. « Nous, travailleurs de la RTS, nous ne voulons pas que notre maison soit à nouveau visée par la colère de l’opinion publique qui ne peut tolérer une telle manipulation de l’information », expliquent les syndiqués.

Suspecté d’avoir ordonné l’incendie de la maison du journaliste Milan Jovanović, le maire de Grocka a été arrêté

26 janvier - 11h : Le président de la municipalité de Grocka, Dragoljub Simonović, a été arrêté le 25 janvier, soupçonné d’avoir ordonné l’incendie de la maison du journaliste du site d’information Žig info, Milan Jovanović, à Vrčin. L’information a été confirmée vendredi soir par le Président Vučić et par le ministre de l’Intérieur, Nebojša Stefanović.

Selon la chaîne N1, Dragoljub Simonović aurait demandé à un policier, Igor Novaković, d’organiser l’attaque contre le journaliste. Le policier aurait recruté deux individus, Aleksandra Marinković, qui a incendié la maison, et Bojan Cvetković Šijacki, qui a servi de chauffeur. Les trois hommes ont avoué avoir commis leur forfait, a précisé Aleksandar Vučić.

La maison de Milan Jovanović et de son épouse avait été incendiée début décembre à coups de cocktails Molotov. Le journaliste a affirmé avoir été menacé à plusieurs reprises par le maire, sur qui il enquêtait suite à des affaires de corruption. Le rédacteur en chef de Žig info, Željko Matorčević, a déclaré que son média signalait depuis de nombreuses années des dysfonctionnements dans la gestion de la municipalité de Grocka. Žig info faisait également l’objet de fréquentes menaces de liquidation.

Dragoljub Simonović est président du comité municipal du Parti progressiste de Serbie (SNS) au pouvoir et membre du conseil central du SNS. Il était en outre l’ancien directeur de Železnica Srbije, la compagnie serbe des chemins de fer. Son arrestation faisait partie des revendications des manifestants. Aleksandar Vučić a annoncé qu’il se rendrait à Grocka au cours des prochains jours pour « établir un contact » avec la population et prévoir l’organisation de nouvelles élections municipales.

La carte des manifestations depuis décembre 2018

26 janvier- 10h30 : Parti de Belgrade le samedi 8 décembre en dénonçant l’agression dont Borislav Stefanović, chef du petit parti de la Gauche de Serbie (Levica Srbije) avait été victime à Kruševac le 23 novembre, le mouvement a rassemblé de plus en plus de monde d’un samedi à l’autre, un pic étant atteint le 29 décembre.

Le 16 janvier, plus de 20 000 personnes ont également défilé silencieusement dans les rues de Belgrade pour rendre hommage à Oliver Ivanović, l’opposant serbe du Kosovo assassiné un an plus tôt, et réclamer que les circonstances de son meurtre soient enfin établies, ses auteurs et ses commanditaires jugés. Le lendemain, Aleksandar Vučić a « profité » de la visite à Belgrade du président russe Poutine pour faire une démonstration de force, organisant une véritable contre-manifestation, en ramenant par autocars des milliers de « volontaires », bien souvent obligés de venir à Belgrade.

Depuis la mi-janvier, le mouvement s’étend à toutes les villes du pays.