Koha Ditore

Ismaïl Kadaré, le communisme et l’identité albanaise

| |

Un farouche débat fait à nouveau rage en Albanie et au Kosovo autour du personnage d’Ismaïl Kadaré, de ses positions sur l’identité albanaise, mais aussi de ses relations avec la dictature communiste. Kadaré aurait dénoncé une famille entière, immédiatement internée. À Pristina, Koha Ditore essaie de relativiser la polémique, en rappelant l’importance de l’oeuvre de Kadaré, mais sans nier les contradictions du personnages, longtemps hiérarque du communisme albanais.

Par Bashkim Muçaj Parmi les débats au centre desquels se trouvent Ismaïl Kadaré, celui qui se déroule aujourd’hui sur une affaire de dénonciation d’une famille sous le communisme et du rôle qu’aurait joué l’écrivain pour la faire interner, sans raison, comme cela se produisait d’habitude dans le système communiste, m’a semblé le moins important. Même si on se trouve devant un fait réel, qu’on ferait mieux d’appeler un détail qui, plus que le lien ou le rapport de Kadaré avec le système communiste, révèle un « service technique » que ce système était prêt à rendre à quelqu’un d’important, considéré par ce régime comme « un de siens », contre une autre personne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous