Danas

Devons-nous avoir honte ou être fiers des Balkans ?

| |

Depuis les guerres des années 1990, les termes « Balkans » et « balkanique » sont devenus synonymes de sauvagerie et d’éclatement. Par contre, aujourd’hui les Balkans de la musique de Goran Bregovic ou des Voix bulgares sont à la mode. Comment faire entrer les cultures populaires balkaniques dans la sphère de la haute culture mondiale ? Et quel regard porter sur l’identité balkanique ?

Par Ivan Colovic À mémoire de Dunja Rihtman-Augustin (1926-2002) L’éclatement de la Yougoslavie a été suivi par une vague de mépris envers les Balkans, communément ressenti dans tous les pays apparus sur ce territoire. Ce mépris a été exprimé par les élites politiques, qui présentaient leurs programmes d’émancipation nationale et de démocratisation comme une fuite hors des Balkans. La devise électorale du HDZ croate en 1995 était : « Tudjman et pas les Balkans ». Elle est citée par Dunja Rihtman-Augustin dans son excellent essai intitulé Pourquoi et depuis quand avons-nous horreur des Balkans ?, publié en 1997. Dans la Serbie post-communiste, le rapport (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous