Novosti

Croatie : Ivica Buljan, le théâtre comme antidote contre nos psychoses

| |

Le metteur en scène Ivica Buljan, connu pour son engagement, vient de prendre la tête de la programmation du Théâtre national de Zagreb (HNK). Son objectif : mettre l’accent sur la « création vivante » plutôt que la « reproduction ». Il commence son mandat en proposant Le berger allemand de Miroslav Krleža, une « pièce de guerre » dont la radicalité est toujours d’actualité, en Croatie comme dans le reste de l’Europe.

Propos recueillis par Branimira Lazarin Novosti (N) : La première de votre mise en scène de Vučjak (Le berger allemand) de Miroslav Krleža au Théâtre national marque l’anniversaire de la première représentation de cette pièce. Il y a très exactement 91 ans, Branko Gavella la mettait en scène dans ce même théâtre. La semaine dernière, vous avez été nommé directeur d’art dramatique au HNK. Est-ce que ce choix de monter Krleža donne le « la » votre future politique de direction ? Pourquoi cet auteur semble-t-il avoir été évincé des planches ces dernières années en Croatie ? Ivica Buljan (IB) : Récemment, une critique conservatrice s’est décidée à démontrer (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous