H-Alter

Croatie : cachez ce travailleur au noir que je ne saurais voir

| |

Avec la crise économique, le travail au noir se porte mieux que jamais en Croatie, et bien rares sont les employeurs sanctionnés pour avoir embauché des salariés qui sont payés sous la table. Parmi les secteurs les plus touchés : le bâtiment, mais aussi l’hôtellerie et le tourisme. Les jeunes sont les plus touchés par le phénomène. La situation a peu de chances de s’améliorer avec l’intégration européenne du pays.

Par Tamara Opačić « Ce n’est un secret pour personne que les entreprises du bâtiment recrutent des travailleurs immigrés non déclarés, majoritairement originaire de Bosnie-Herzégovine ». Tomislav Kiš, représentant du Nouveau Syndicat, décrit ainsi la dernière affaire que son organisation a déclaré aux autorités. « Nous pouvons donner l’exemple de l’une de ces entreprises qui a embauché des ouvriers de Republika Srpska en leur promettant monts et merveilles, finalement tout ce qu’ils ont reçu, c’est un réveil à quatre heures du matin et les cris : "Debout, la police arrive et vous n’êtes pas déclarés ! Tenez, une enveloppe à chacun d’entre vous et partez (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous