Le Courrier des Balkans

Crise en Bulgarie : les étudiants se rebellent, l’extrême-droite manipule

| |

Après des mois de crise de confiance entre le pouvoir et le peuple, le mouvement citoyen a pris une nouvelle tournure inquiétante ces derniers jours. Depuis l’agression d’une jeune bulgare par un immigré algérien, les nationalistes font feu de tout bois pour reprendre en main la contestation. Et ce n’est pas la mobilisation brouillonne des étudiants qui pourrait contrecarrer leur projet.

Par Ivo Hristov L’inextricable crise politique qui asphyxie la Bulgarie depuis le mois de juin est entrée dans une nouvelle phase. Tout a commencé le 25 octobre avec la déclaration d’un groupe d’étudiants de l’Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia qui ont proclamé l’occupation du bâtiment central de l’institution. Retrouvez notre dossier : En Bulgarie, la colère ne faiblit pas Après un bref cafouillage sur la tactique à suivre, les étudiants ont enfin décidé d’y rester sans délai et ont formulé deux revendications principales : la démission du gouvernement et « une nouvelle morale publique ». Sans plus de précisions. Le mouvement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous