Kathimerini

Crise de l’Église orthodoxe grecque : le gouvernement se veut neutre

| |

Depuis quelques semaines, une vague de révélations fracassantes s’abat sur l’Église orthodoxe de Grèce : corruption massive, homosexualité du clergé, liens avec les trafiquants de drogue. Le gouvernement affiche sa neutralité, mais l’affaire est devenue politique.

Par Eli Triandafilou La vigilance exprimée avec distanciation et « neutralité » prédominait au sein du gouvernement avant la réunion décisive du Saint-Synode de l’Église prévue pour le 18 février 2005. Révélateur de l’attitude au Palais Maximou [1], l’adjoint au porte-parole du gouvernement M. Ev. Antonaros a évité de commenter sur le fond un article incendiaire paru sur le site Internet de l’Église parlant de « cirque politico-journalistique ». Il a brièvement souligné que lui-même « ne se sent pas membre d’un quelconque cirque ». Selon des sources bien informées, le gouvernement espère que le Saint-Synode de l’Église a compris les messages de l’actualité et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous