Monitor

Ces amis qui viennent du froid : le Monténégro, plateforme de l’espionnage russe

| |

Fin juin, la candidature du Monténégro à l’OTAN a été repoussée. En cause ? L’infiltration massive des services de renseignement monténégrins par des agents russes. La petite république est devenue une plateforme du FSB dans les Balkans et en Adriatique, et les habiles contorsions de Milo Đukanović entre Otan et Russie trouvent désormais leurs limites.

Par Milena Perović-Korać Selon AP, entre 25 et 50 agents monténégrins seraient liés à la Russie. Le Premier ministre Milo Đukanović a cependant rejeté l’hypothèse que ces espions russes soient la cause véritable du report de l’invitation à rejoindre l’OTAN. Il a souligné que l’OTAN n’avait même pas suggéré l’existence de ce problème : « Dans les entretiens que j’ai eu jusqu’à présent, personne n’a jamais supposé l’existence du moindre espion, encore moins de 25 à 50 ». Cependant, Milo Đukanović a été rapidement démenti. Retrouvez nos dossiers : •Politique et corruption au Monténégro : vers la fin de l’ère Đukanović ? •Vladimir Poutine et les Balkans : (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous