Osservatorio Balcani e Caucaso

Bulgarie : des médias soumis aux pouvoirs de l’argent et de la politique

| |

La presse bulgare confond depuis longtemps information et publicité. Rien n’est plus simple, pour un politicien, que de s’acheter la complaisance d’un journal. L’élection du nouveau Président, Rosen Plevneliev, qui vient de prendre ses fonctions, a révélé le poids de ce système. Tandis que la concentration des médias profite à quelques groupes, les rares journalistes qui essayent de dénoncer ce système prennent de grands risques. Reportage.

Par Francesco Martino « Je suis revenu profondément choqué par le niveau de corruption que j’ai pu constater au sein des médias bulgares durant la campagne électorale ». Voici ce que déclarait James Pardew, ancien ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Sofia, au quotidien Dnevnik, après les élections présidentielles et locales d’octobre 2011. En effet, un fait que relèvent aussi bien des organisations internationales telles que Reporters Sans Frontières ou Freedom House, que les journalistes bulgares eux-mêmes, est la rapide dégradation des conditions d’exercice de la liberté de la presse. Des problématiques politiques et économiques (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous