BIRN / Setimes

Bosnie-Herzégovine : la ville de Mostar au bord de l’effondrement

| |

Depuis neuf mois, la ville de Mostar est paralysée : faute d’accord entre les partis bosniaques et croates, la ville n’a pas de maire, pas de majorité municipale, et pas de budget... Les salaires ne sont donc pas payés. En conséquence, le Haut représentant Valentin Inzko a finalement utilisé ses pouvoirs spéciaux pour imposer un budget provisoire, permettant le paiement des salaires. Reste aux politiciens des deux communautés à assumer enfin leurs responsabilités.

« Les tensions continuent d’empoisonner les relations entre les partis bosniaques et croates, qui sont pourtant des partenaires dans la coalition qui dirige le pays », selon le dernier rapport publié par l’International Crisis Group (ICG). Face à la dégradation de la situation, les médias locaux prédisaient que le Haut Représentant Valentin Inzko pourrait intervenir et même punir les dirigeants locaux de la plus grande ville de la partie sud de la Bosnie-Herzégovine. Neuf mois après les élections locales d’octobre 2008, la nomination d’un nouveau maire et la formation d’une nouvelle coalition ont été bloquées par les rivalités politiques entre partis (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous