Turquie : obsessions gazières en Mer Noire et en Méditerranée

| |

Tensions en Méditerranée orientale et découverte d’un nouveau gisement en Mer Noire : afin de réduire sa dépendance énergétique, notamment envers la Russie, la Turquie multiplie les explorations gazières. Depuis plusieurs années, elle a ainsi adopté une stratégie visant à diversifier ses sources d’approvisionnement et se positionne comme un hub gazier au coeur de l’Eurasie.

Par Claire Corrion Embarqué à bord du navire de forage Fatih, le président Recep Tayyip Erdoğan annonçait le 17 octobre dernier que les réserves du gisement de gaz identifié en août dernier en Mer Noire étaient estimées à 405 milliards de mètres cubes. Il s’agirait, selon lui, de « la plus grande découverte de gaz naturel de l’histoire de la Turquie ». Alors que la Turquie connait une crise économique majeure et que la cote de popularité de son président est en berne, cette annonce est avant tout politique, explique Noémie Rebiere, spécialiste de la Turquie et des enjeux de sécurité énergétique. Elle précise que ces chiffres ne sont qu’une estimation (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous