Entre Grèce et Turquie : la fuite en avant et les divisions de l’Europe

|

La situation entre la Grèce et la Turquie se dégrade de jour en jour, révélant de profondes divergences entre les Européens. Alors qu’un climat de psychose alimenté par l’extrême droite se répand en Grèce, un étincelle suffirait à mettre le feu aux poudres. Pour de bon.

Par Fabien Perrier La militarisation de la Méditerranée orientale est à son comble depuis que le navire turc Oruç Reis a entamé des recherches d’hydrocarbures dans les eaux grecques, le 10 août dernier. La France, Israël et les États-Unis ont envoyé des renforts à la Grèce et à Chypre, tandis que le Premier ministre conservateur Kyriákos Mitsotákis multiplie les contacts diplomatiques. « L’enjeu n’est pas bilatéral mais européen et international », explique Panayiotis Tsakonas, professeur de relations internationales et chercheur au centre Eliamep. « Par un jeu d’accords bilatéraux ou d’alliances stratégiques triangulaires, de multiples parties (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous