Trois ans après la tragédie Colectiv en Roumanie : Mariana Luceanu, une infirmière en révolte

| |

Ce 30 octobre 2018 marque le triste troisième anniversaire de l’incendie du club Colectiv. La moitié des 65 victimes sont mortes des suites de leurs blessures dans les hôpitaux, jetant une lumière crue sur les profondes déficiences du système médical roumain. Depuis, les réformes attendues n’ont pas été mises en œuvre. À bout, l’infirmière Mariana Luceanu s’est mise en grève de la faim pour faire bouger les choses, mais elle a été licenciée. Portrait.

Par Andrei Udișteanu, Laurențiu Ungureanu et Ionuț Duinea Cette manifestation était soutenue par nombre de leurs collègues du CHU, mais la plupart sont restés silencieux. Mariana Luceanu explique ce silence par un épisode arrivé plus tôt cette année : « Les trois-quarts du département anesthésie s’étaient mis en grève, mais le lendemain les noms des grévistes a été mis sur une liste et la direction leur a dit qu’elle n’avait pas besoin d’elles, les infirmières, qu’il y avait assez d’internes pour les remplacer’-. » Elle déplore la « lâcheté » de ses collègues. « On se tait aujourd’hui, on se tait demain et nos enfants nous remplaceront. Au lieu de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous