Srebrenica : le Premier ministre de Republika Srpska accusé de crimes de guerre

| |

Cela fait bientôt quinze ans qu’un témoin protégé accuse Radovan Višković, aujourd’hui Premier ministre de l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine, d’avoir coordonné les déplacements de fosses communes pour tenter de camoufler le massacre de Srebrenica. Mais la diffusion d’un enregistrement audio semble avoir enfin incité la justice bosnienne à agir.

Par Aline Cateux L’actuel Premier ministre de la Republika Srpska (RS) est de nouveau accusé d’avoir participé au massacre de Srebrenica. Un témoin protégé assure qu’il aurait ordonné et participé à des déplacements de fosses communes quelques mois après l’assassinat de plus de 8000 civils musulmans. Ce n’est pas la première fois que Radovan Višković fait l’objet de telles accusations. Ce témoin a déjà fait part de cette information en 2007 puis en 2016 et 2017, auprès de différents tribunaux bosniens. Selon la législation, le bureau du Procureur aurait dû se saisir de l’affaire et ouvrir une enquête, puis décider ou non d’une mise en examen (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous