Serbie : les prisons, ces usines modèles

| |

Menuiserie, imprimerie, textile, soudure, agro-alimentaire... Les prisons serbes sont devenues de véritables petites usines dont la productivité dépasse parfois la moyenne des autres entreprises. Une façon de faire des économies et de favoriser la réinsertion. Voire d’exporter des produits.

Par Nikola Radić Quelque 4000 détenus travaillent dans les 29 centres de détention de Serbie, une activité qui permet à l’État de faire des économies alors que le budget pénitentiaire 2017 a atteint 66 millions d’euros. Selon la législation serbe, les personnes incarcérées peuvent toucher une rémunération pour leur travail. Elle est versée chaque mois et doit s’élever à au moins 20% du salaire minimum national (1,2 euros de l’heure). Les détenus employés peuvent prétendre à des congés payés et au paiement des heures supplémentaires. « Une partie de la production est utilisée dans les prisons, une autre est vendue. Les lits, draps, uniformes et tenues (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous