Serbie : le marché du vin subit aussi les conséquences de la pandémie

| |

La crise du secteur de l’hôtellerie-restauration et des cafés entraînée par la pandémie se répercute sur les producteurs et distributeurs de vin. Ils craignent un « tsunami de vins bon marché » et demandent un changement de réglementation pour protéger le secteur viticole serbe.

Par Nikola Radić (avec vino.rs) Le marché du vin serbe sera-t-il bousculé par un « tsunami de vins bon marché » ? C’est ce que craignent les distributeurs, le le quota d’importation des vins de l’Union européenne en Serbie, fixé à 2,5 millions de litres par an, ayant déjà été atteint pour l’année 2020. Ce seuil franchi, les acquisitions et les produits dans la distribution seront de 30% plus chers. Principal responsable : la chaîne Lidl qui a importé 1,8 millions de litres de vin de l’UE en 2020, soit 70% du quota. « Ils ont en profité pour importer des vins parmi les moins chers d’Italie, d’Espagne et de France, et font ainsi une concurrence (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous