Serbie : Vučić, la « défense du Kosovo » et « l’hystérie internationale »

|

Alors même qu’il interdisait l’Europride, le président Vučić a convoqué le Parlement pour réaffirmer que la Serbie ne reconnaîtrait « jamais » l’indépendance du Kosovo et dénoncer « l’hystérie de la communauté internationale » à cause de la guerre en Ukraine... Non sans lancer, in fine, une timide ouverture au dialogue.

Par la rédaction La Serbie ne reconnaîtra jamais, « ni directement ni indirectement », l’indépendance du Kosovo, a martelé le président serbe Aleksandar Vučić devant le Parlement le 13 septembre. « J’ai juré sur la Constitution de la Serbie que la Serbie ne reconnaîtrait jamais l’indépendance unilatérale du Kosovo, et je n’abandonnerai pas non plus mon combat légitime pour les intérêts étatiques et nationaux, ainsi que le respect du droit international », a-t-il déclaré. Une solution « réaliste » devrait être proposée, a-t-il ajouté, car « la vraie politique ne peut pas reposer sur des mythes ni des fantasmagories » [sic]. L’ordre du jour était le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous