Moldavie : le monde en marge de Savatie Bastovoi, moine, écrivain et bâtisseur

| |

Savatie Bastovoi a servi vingt ans dans un monastère de Transnistrie, la région séparatiste russophone de Moldavie, dont il vient de se faire cordialement expulser. Mais il est aussi écrivain, peintre, artisan, bâtisseur, photographe, etc. Un homme qui aime les marges et les marginaux tout en étant hyper-connecté, bien loin du retrait monastique que l’on pourrait imaginer. Portrait.

Par Laura-Maria Ilie et Florentin Cassonnet Certains y voient une réussite rare dans l’union du cœur et de l’action, de la vie spirituelle et la vie temporelle. D’autres dénoncent une imposture monacale. Mentionner son nom à Chișinău dans des cercles artistiques et militants (de gauche) soulève rires moqueurs et réactions ironiques. Il est qualifié d’« euro-moine » ou encore de « tartuffe de Moldavie ». Il est accusé de tenir un double discours en fonction de ses interlocuteurs : ouvert avec les progressistes, plus orthodoxe avec les conservateurs. Savatie Baștovoi est avant tout attentif à l’œuvre qu’il est en train de bâtir. Une œuvre à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous