Réfugiés en Grèce : une Afghane risque dix ans de prison pour avoir tenté de se suicider

| |

C’est un procès de la honte qui s’ouvre aujourd’hui à Lesbos. Celui d’une jeune Afghane accusée d’incendie criminel pour avoir tenté de s’immoler par le feu au camp de Mavrovouni durant l’hiver 2021. Les ONG dénoncent un acharnement judiciaire.

Par Mathilde Weibel L’affaire avait grand bruit durant l’hiver 2021. Le 21 février, une Afghane de 26 ans, mère de trois enfants en bas âge et enceinte du quatrième, avait tenté de s’immoler par le feu dans sa tente du camp de Mavrovouni. Elle était arrivée en Grèce 16 mois plus tôt et devait être transférée en Allemagne avec sa famille, quand les autorités lui ont signifié l’annulation de son transfert en raison de sa grossesse avancée. Désespérée, elle avait tenté de mettre fin à sa vie. Installé à la hâte en septembre 2020 après de l’incendie de Moria, le camp de Mavrovouni se composait alors de tentes situées juste en face de la mer. Cet (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous