Kosovo : le naufrage de l’enseignement supérieur

| |

Manques de moyens, publications scientifiques quasi-nulles, ingérence politique : le niveau des universités kosovares ne cesse de chuter. Aujourd’hui, le problème est tel que leur enseignement n’est plus reconnu au niveau européen. Une situation dramatique qui suscite la colère et l’inquiétude de l’opinion publique. Mais la réponse du gouvernement n’est pas satisfaisante.

Par Eurisa Rukovci L’enseignement a toujours été l’un des grands problèmes du Kosovo. C’est plus que jamais le cas aujourd’hui, après le récent retrait du Kosovo du registre européen d’agences pour la qualité des facultés et des établissements d’enseignement supérieur. Face aux pressions de l’opinion publique, le Parlement kosovar a cependant dû convoquer une session plénière pour demander au ministère de l’Éducation de se saisir de ce problème. Ce n’est pas la première fois que l’enseignement, et notamment l’enseignement supérieur, se retrouve ainsi au centre de l’attention. La question du niveau de qualité de l’université de Pristina, les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous