Kosovo : réformer l’enseignement supérieur pour lutter contre le chômage

| |

Alors que le chômage constitue toujours le premier problème du Kosovo, le système universitaire du pays offre des formations largement déconnectées des réalités de l’emploi et des besoins des entreprises. Les milieux économiques plaident pour des réformes radicales, mais les étudiants plébiscitent toujours les sciences humaines et sociales, le droit ou la médecine.

Par Luljeta Krasniqi-Veseli Pédagogie, économie, droit et médecine : voici les quatre facultés qui attirent toujours le plus les étudiants du Kosovo. Un quarté que critiquent les experts de l’éducation et les milieux économiques, qui plaident pour des choix de formation mieux adaptés au marché du travail. Halim Hyseni, expert en sciences de l’éducation, explique ainsi que les jeunes devraient s’orienter vers les secteurs où les besoins de main d’œuvre sont importants. « Les élèves et les étudiants qui se présentent aux examens d’admission à l’Université s’inscrivent dans réfléchir à leur future orientation professionnelle, sans préparation (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous