Football en Yougoslavie : « On ne refait pas l’histoire, on ne refait pas le match »

| |

La Croatie a-t-elle hier soir vengé la Yougoslavie de 1990, éliminée en quarts de finale de la Coupe du monde (0-0, 2-3 aux tirs au but) par l’Argentine de Maradona ? Le capitaine Faruk Hadžibegić, Bosniaque de Sarajevo, avait à l’époque raté le cinquième et dernier penalty. Quelques mois plus tard, la guerre éclatait. Que serait-il advenu si la Yougoslavie s’était qualifiée ? Entretien avec le héros malheureux du dernier grand match de l’histoire de la Yougoslavie.

Propos recueillis par Guillaume Narguet « La mémoire est sélective et, heureusement, on ne vit pas dans le passé », raconte Faruk Hadžibegić. Démis de ses fonctions d’entraîneur de Valenciennes à l’automne dernier, l’ancien défenseur central du FC Sochaux (1987-1994) se confie dans une brasserie du centre de Lille sur un chapitre particulièrement douloureux de sa vie et sur la manière dont la guerre a fait voler en éclats une sélection yougoslave particulièrement prometteuse. « J’ai eu la chance de grandir et de vivre dans une ville extraordinaire, Sarajevo, et dans un pays extraordinaire, la Yougoslavie. Je ne garde que de bons souvenirs des années (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous