Europride en Serbie : la communauté LGBTQI+ fait bloc avant la marche de samedi

| |

L’interdiction de la marche de samedi censée clôturer l’EuroPride de Belgrade a amplifié les motivations de la communauté LGBTQI+. Aujourd’hui, elle est plus unie que jamais pour défendre ses droits et dénoncer l’absence d’égalité et l’homophobie. Reportage et témoignages.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Par Marion Roussey

Avec d’autres participants, Dejana « Dexi » Stošić dénonce l’absence de droits des LGBTQI+
Geoffrey Brossard / Hans Lucas

Mise à jour - 10h30 : « La marche est maintenue ! » Devant le bâtiment du gouvernement serbe vendredi matin, les organisateurs de l’Europride sont venus déposer une pétition signée par 27 000 personnes de Serbie et d’ailleurs. « Merci à toutes celles et ceux qui nous soutiennent et ont exprimé leur volonté de manifester samedi ! », déclare Goran Miletić, l’un des co-organisateurs de l’Europride. Il rappelle que l’interdiction de la marche formulée par le gouvernement est inconstitutionnelle en raison de quatre décisions de la plus haute instance de Serbie rendues en 2009, 2011, 2012 et 2013.

« Nous avons donc fait appel devant le Tribunal administratif mais comme comme nous n’avons pas eu de réponse, nous avons annoncé un nouveau parcours. » Un parcours raccourci qui partira à 17h de la Cour constitutionnelle, lieu symbolique pour les organisateurs, jusqu’au parc Tašmajdan où auront lieu le concert et la cérémonie de clôture. Des milliers de personnes ont prévu de s’y rendre. Cette marche achève la semaine de l’Europride pendant laquelle une centaine d’événements ont lieu à Belgrade.


Quelques jours plus tôt, les artistes Stefan Aleksić et Lea Blau sont venus de Zagreb se produire. Devant des images d’une maison en feu, ils ont mis en scène un récit écrit par Stefan. Leur performance mélange chants, lecture à voix multiples et vidéo. « C’est l’histoire d’un homme qui décide de commettre un crime parce qu’il a découvert que l’amour de sa vie, un autre homme, se marie avec une femme sous la pression de sa famille orthodoxe traditionnelle », explique Lea. Une histoire d’amour tragique, universelle et intemporelle qui aurait pu se dérouler dans la Grèce antique comme aujourd’hui, au XXIe siècle.

Être ici sur scène, c’est notre façon de marcher et de lutter contre cette oppression.

Originaire du centre de Serbie, Stefan a lui-même vécu plusieurs années en Belgique pour échapper à la pression exercée contre la communauté gay. Avec Lea, son amie de Croatie, ils ont conçu la pièce et décidé de la présenter à l’EuroPride. « C’est une occasion unique de dire ouvertement quelque chose de très intime, quelque chose qui vient vraiment des tripes », explique Stefan qui voit l’EuroPride comme « un lieu général d’apprentissage sur soi-même et sur la société ». Pour Lea, la performance est une forme de contribution à un combat pour les droits humains : « Être ici sur scène, c’est notre façon de marcher et de lutter contre cette oppression ».

Devant l’entrée du centre culturel Parobrod où ils se sont produits, à quelques encablures du centre historique de Belgrade, une dizaine de policiers en uniforme surveillent l’entrée. Gérée par l’État, l’institution accueille trois événements au programme de l’EuroPride. « Ce n’est pas la première fois que le centre est partenaire », explique le réalisateur Janko Lačnjevac, chargé de la coordination. Chaque année, il accueille des expos ou des performances artistiques liées à la semaine de la Pride. « Jusqu’à présent, on n’a jamais eu de problèmes, c’est donc étrange de voir autant de policiers. On n’est pas habitués. »

Stefan Aleksić et Lea Blau présentent leur pièce pendant l’EuroPride
Geoffrey Brossard / Hans Lucas

Les policiers non plus ne sont pas habitués. C’est la première fois qu’un tel dispositif de sécurité est prévu devant chacun des lieux qui accueillent les 130 événements organisés du 12 au 18 septembre à Belgrade. C’est aussi la première fois que la capitale serbe accueille l’EuroPride, la première fois que celle-ci se déroule dans le Sud-Est de l’Europe. « C’est extrêmement important pour la communauté de toute la région de voir que certaines normes sont mises en œuvre ici et pas seulement dans le reste de l’Europe », souligne Goran Miletić, co-organisateur de l’EuroPride. Avec d’autres, il se bat depuis plus de 20 ans pour que les droits des LGBTQI+ soient mieux reconnus en Serbie.

La situation s’améliore mais on baigne toujours dans un climat très homophobe.

« Il y a encore quelques années, 72 % des Serbes considéraient l’homosexualité comme une maladie. Aujourd’hui, 56 % le pensent encore. La situation s’améliore mais on baigne toujours dans un climat très homophobe », note Goran. L’an dernier, 83 agressions verbales ou physiques ont été enregistrées en Serbie, selon les données de l’ONG Da se zna. Avec les récentes manifestations anti-Pride organisées par l’Église orthodoxe et les partis d’extrême-droite cet été, le nombre a triplé. « Cette violence, on la ressent au quotidien, sans parler des nombreux droits basiques qui nous sont refusés », lâche Filip, l’un des organisateurs de la semaine.

Le système juridique ne reconnaissant pas les couples de même sexe, lui et son partenaire ne peuvent pas se marier, obtenir une assurance maladie par l’intermédiaire du partenaire, décrocher un prêt pour acheter un appartement, avoir des biens communs ou hériter des biens ou de la pension du partenaire en cas de décès. « Il y a des couples de gays ou lesbiennes qui ont ainsi vécu ensemble des années. Puis, lorsque l’un d’eux est décédé, ses proches sont venus récupérer l’appartement dont il était propriétaire et chassé son partenaire. » Pour les personnes transgenres, c’est encore pire. « Certaines de ces personnes vivent depuis des années sans documents personnels appropriés. Ce qui est écrit sur leur carte d’identité ne correspond pas à ce qu’elles sont. Cela a des conséquences terribles. Personne ne veut les embaucher et, à chaque passage aux frontières, elles ont des problèmes. »

Pour survivre, de nombreux membres se protègent. Étudiante à Belgrade, Tijana vit « dans une bulle » avec des amis qui l’acceptent comme elle est. « On sort ensemble, dans des lieux gay friendly. En dehors, je ne me sens pas en sécurité. C’est difficile de s’intégrer, la société est si conservatrice », déplore–t-elle. Les cheveux courts et colorés, le regard doux, elle est bénévole à Dom Omladine (le Foyer de la jeunesse) de Belgrade, lieu central de l’EuroPride. Pendant toute la semaine, elle accueille les visiteurs, les renseigne sur le programme, distribue les accréditations. Elle espère que la dimension internationale de l’événement « va montrer à tous que les LGBTQI+ existent dans d’autres pays et que ce n’est pas anormal ».

Colère après l’interdiction

Au moment de dire ces mots, elle ne sait pas encore que le ministère serbe de l’Intérieur a interdit la marche de clôture de l’EuroPride prévue samedi. La nouvelle est tombée quelques heures plus tard, le 13 septembre, et a provoqué la colère des centaines de participants venus assister au discours de la Première ministre Ana Brnabić lors de la Conférence internationale des droits humains. « En faisant cela, le gouvernement nous prive du moment phare de la semaine », s’emporte Dejana « Dexi » Stošić, membre de la Youth initiative for human rights (YIHR), venue avec d’autres munis de banderoles pour interrompre le discours de la cheffe du gouvernement. Car la marche des fiertés est avant tout une manifestation, « un droit fondamental de la Constitution par lequel on veut défendre le droit d’aimer pour tous et améliorer les conditions de vie de l’ensemble de la communauté ici en Serbie ».

Nada Miljković est venue avec son fils des États-Unis
Geoffrey Brossard / Hans Lucas

Si l’interdiction a créé un choc, elle a aussi soudé la communauté. « Nous marcherons malgré tout après avoir soumis tous les recours légaux qui existent », déclare Goran Miletić, le visage tendu et un téléphone vibrant en permanence à la main. Pendant les jours précédant la marche, il a multiplié les déplacements au commissariat de police et au tribunal administratif, insistant auprès des autorités sur le devoir de respecter la liberté de réunion. « C’est quelque chose que nous n’abandonnerons pas ». Comme lui, des milliers de participants ont prévu de marcher samedi, malgré les amendes annoncées par la police et les appels à manifester des anti-LGBT.

« On est venu exprès d’Istanbul ! » explique un groupe de jeunes trans et non binaires. Dans le local du Pride Info Center, dans le centre de Belgrade, ils fabriquent des banderoles multicolores, avec des dizaines d’autres bénévoles. Accroupie par terre, Nada Miljković s’applique. Elle a écrit un message en cyrillique : « Mêmes droits pour tous ! Aimez votre prochain ! ». Originaire de Serbie, elle s’est installée avec sa famille aux États-Unis. Elle est orthodoxe et pratiquante, son fils est gay. Ils sont venus en Serbie pour l’EuroPride. Un voyage qui en dit long sur le combat qu’elle mène depuis des années avec son fils. « J’aimerais que tous les parents parviennent comme je l’ai fait à accepter leurs enfants tels qu’ils sont ! », dit-elle la voix pleine d’émotion, en montrant la pancarte qu’elle portera haut dans les rues de Belgrade samedi.

Cet article est publié avec le soutien de la fondation Heinrich Böll Paris.