En Albanie, une « révolution citoyenne » est en marche

| |

En Albanie, ce sont traditionnellement les partis qui parviennent le plus à mobiliser. Mais depuis les manifestations de 2013 contre la destruction des armes chimiques syriennes dans le pays, et le grand mouvement étudiants de 2018, les citoyens commencent à s’organiser hors de cette influence partisane. L’analyse de la chercheuse Klodiana Beshku.

Traduit par Laurent Geslin (article original) Klodiana Beshku est chercheuse au département de sciences politiques de l’Université de Tirana. Elle est spécialiste de l’Union européenne (UE) et des mouvements sociaux. Osservatorio Balcani e Caucaso (OBC) : Comment se porte la société civile albanaise ? Les mouvements citoyens se sont-ils renforcés ces dernières années ? Klodiana Beshku (K.B.) : Tout à fait. Particulièrement depuis 2013, lorsque la population s’était massivement mobilisée contre le démantèlement des armes chimiques syriennes en Albanie. Depuis, nous avons vu à plusieurs reprises que le pays est enfin devenu « une société en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous