Albanie : Organizata Politike, le mouvement qui redonne des couleurs à la gauche

| |

Pour beaucoup, la chose est entendue : les idées de gauche sont inexistantes dans le débat politique albanais. Frappées du sceau infamant de la dictature, les revendications des progressistes semblent condamnées. Pourtant, face à la montée des inégalités engendrées par les politiques néolibérales, elles pourraient bien de nouveau se faire entendre. C’est en tout cas ce que souhaite Organizata politike. Rencontre avec deux de ses militants.

Par Louis Seiller Près du centre de Tirana, à côté de ce qui s’apparente à un arrêt de bus, des noms sont inscrits sur un mur. Telle une plaque commémorative contre l’oubli, cet appel à la justice est signé à la peinture rouge : Organizata politike (OP). La mort tragique de quatre manifestants le 21 janvier 2011 a servi de déclic à une partie de la jeunesse de la capitale albanaise. « Les quatre personnes qui ont été tuées étaient des gens sans emploi », explique Arlind Qori, l’un des militants de la première heure d’OP. « Nous étions alors nombreux à déplorer l’absence de représentants pour les plus pauvres. Il était temps de faire quelque chose. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous