Coronavirus en Albanie : désamorcer la psychose ou censurer les voix critiques ?

| |

Alors qu’un premier cas de coronavirus a été confirmé en Croatie, l’Albanie cherche à endiguer une éventuelle panique. Et les autorités ont une méthode bien particulière : menacer de poursuites judiciaires ceux qui répandraient des « fausses informations » sur le Covid-19. Cette mesure n’est pas nouvelle : elle a déjà été utilisée après le tremblement de terre pour faire taire les voix critiques.

(Avec BIRN) — En Albanie, « répandre la panique » est devenu un crime. Les procureurs albanais ont annoncé lundi 24 février qu’ils ouvriraient une enquête judiciaire contre toute « diffusion de fausse information ou annonce ayant pour but de créer un état d’insécurité et de panique parmi les gens ». Ils suspectent que des messages de ce type sont principalement relayés via la messagerie Whatsapp. La mise en garde arrive un jour après la hausse des cas de coronavirus en Italie, pays avec lequel l’Albanie a de nombreux liens. Elle vient également après la fermeture d’écoles privées à Tirana pour deux semaines de vacances hors calendrier scolaire. « Les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous