La Bosnie-Herzégovine attend toujours son premier crématorium

| |

Il est toujours impossible d’incinérer un défunt en Bosnie-Herzégovine. Les familles qui le souhaitent doivent transférer les corps en Croatie ou en Serbie. Le premier crématorium du pays aurait dû ouvrir à Sarajevo fin 2020, mais les travaux sont bloqués pour d’obscures raisons.

Traduit par Nikola Radić (article original) | Adapté par la rédaction D’abord annoncée pour 2017, l’ouverture du premier crématorium de Bosnie-Herzégovine avait été reportée, mais elle était attendue, fin 2020, au cimetière de Vlakovo, en périphérie de Sarajevo. « Nous recevons de plus en plus demandes de crémation », expliquait alors Asmir Hodžić, le directeur de l’entreprise Pokop, chargée de la gestion des cimetière municipaux du Canton de Sarajevo. Or, les travaux n’ont jamais été achevés, faute d’avoir pu obtenir tous les permis nécessaires. Selon la direction actuelle de Pokop, il manque le permis environnemental, qui relève de la compétence du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous