Albanie : après l’annulation des municipales, Edi Rama à la riposte

|

Après la promulgation d’un décret présidentiel annulant les municipales du 30 juin, le Premier ministre Edi Rama est passé à la contre-offensive, en soulignant que le Parlement allait lancer une procédure de destitution contre Ilir Meta. Dans le même temps, la Commission électorale centrale (CEC) a rejeté le décret du chef de l’État.

Par la rédaction Depuis ce week-end, l’Albanie s’enfonce encore un peu plus dans sa crise institutionnelle. Alors que l’opposition défilait pour le huitième fois dans les rues de Tirana pour demander le départ du Premier ministre Edi Rama, le Président Ilir Meta a suspendu par décret les élections municipales du 30 juin prochain. Ce dernier a invoqué la nécessité de préserver la paix sociale, la stabilité, la démocratie, le pluralisme (plus de la moitié des municipalités ont un seul candidat) et sa volonté d’éviter les conflits. Une décision considérée comme nulle et non avenue par le chef de l’exécutif, alors que des démarches ont été rapidement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous