Le Courrier des Balkans

South Stream : la Bulgarie tiraillée entre la Russie, les États-Unis et l’UE

| |

Depuis plusieurs mois, le dossier South Stream empoisonne la vie politique bulgare. La crise ukrainienne a rebattu les cartes et « ce n’est pas le moment de faire des affaires comme d’habitude avec la Russie », souligne l’Ambassadeure des États-Unis à Sofia. Officiellement, le gouvernement a gelé les travaux du gazoduc, mais Gazprom assure n’avoir reçu aucun courrier officiel en ce sens...

Par Ivo Hristov On n’en sait rien et pourtant il est sur toutes les bouches en Bulgarie. De qui parle-t-on ? De South Stream, le fameux projet de gazoduc russe, qui devrait approvisionner en gaz l’Europe de l’Ouest via les Balkans. Le parcours du tube traversera la Mer Noire puis passera en Bulgarie avant de se diviser en deux tronçons, l’un prenant vers le nord via la Serbie, la Hongrie puis l’Autriche, l’autre vers le sud via la Grèce puis l’Italie. La capacité du gazoduc s’élèvera à 63 milliards de m3 de gaz par an selon Gazprom, commanditaire du projet avec l’italien Eni. Retrouvez nos dossiers : • Crise en Ukraine : le spectre de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous