Slovénie : la police en grève veut continuer le combat jusqu’au bout

| |

En Slovénie, où les mouvements sociaux sont généralement modestes, la grève prolongée des policiers, qui a débuté le 18 novembre, fait figure d’exception. Malgré les gestes d’ouverture du gouvernement, le ministère des Finances bloque tout progrès dans les négociations.

Par Charles Nonne Parmi les griefs des deux syndicats ayant appelé à la grève, l’absence chronique de ressources financières adéquates, l’obsolescence des équipements à la disposition des policiers — les syndicats estiment à 500 le nombre de véhicules trop vieux pour être opérationnels et sûrs — et un manque allégué de considération du gouvernement. La gronde est implicitement cautionnée par le haut de la hiérarchie : le 4 décembre, le directeur général de la police nationale, Marjan Fank, a laissé entendre qu’il soutiendrait ses hommes tant que le mouvement n’aurait pas un impact négatif sur la sécurité nationale. Les grévistes demandent notamment (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous