H-Alter

Serbie : les réfugiés de Croatie ne veulent plus entendre parler de retour

| |

Arrivés en Serbie pendant la guerre, entre 1991 et 1995, les réfugiés de Croatie y ont refait leur vie, bon gré mal gré. Selon les chiffres du HCR, ils sont encore 49.000, auxquels il faut ajouter 250.000 naturalisations et 23.000 départs à l’étranger. S’ils se souviennent avec émotion de leur ancienne vie, plus question pour eux d’imaginer un jour rentrer en Croatie. Portrait d’une communauté qui a perdu ses illusions.

Par Mašenjka Bačić Dans l’un des immeubles délabrés du centre de Belgrade, un homme se lève, la soixantaine, et allume un ordinateur. En fond d’écran, une maison en campagne. « Chaque matin, quand j’arrive ici et je regarde l’écran, je suis de retour chez moi », explique Čedomir Marić, le regard nostalgique. Professeur de lycée à la retraite, il a dû laisser sa maison à Golubić, près de Knin. Maintenant, il gère une association, Suza, qui s’occupe des familles de disparus de Krajina. Durant l’opération Tempête, il a dû fuir avec son épouse et ses deux filles chez son frère à Belgrade. Mais son fils est resté à Knin. En 2003, il a été identifié et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous