Danas

Serbie : les défis de la régionalisation et de la décentralisation

| |

Pour développer la Serbie, une régionalisation de l’État et une décentralisation de ses compétences sont nécessaires. C’est du moins l’avis des partisans de ces réformes institutionnelles qui font pression sur la coalition au pouvoir et sur le Président Boris Tadić pour amender la Constitution. Seul problème, pour ce faire, il est nécessaire d’obtenir l’approbation des deux tiers du Parlement, ce qui semble actuellement totalement impossible en raison de réticences de certains partis de la coalition gouvernementale.

« C’est une bonne chose que les parties de la coalition gouvernementale aient enfin soulevé publiquement la question de la régionalisation et de la décentralisation du pays. Jusqu’à présent, les demandes de décentralisation ne provenaient que de Voïvodine, et elles étaient souvent assimilées à des formes d’autonomisme, voire de séparatisme. Cette fois, il semble que la coalition gouvernementale a compris que si la Serbie entière n’était pas décentralisée en créant des régions clairement identifiables, elle compromettait son développement. Ce processus ne peut se faire rapidement, car il nécessite des changements constitutionnels et l’adoption de règlements (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous