AIM

Serbie : A l’ouest, rien de nouveau

| |

Les bombardements de l’OTAN poussent le citoyen serbe le plus libéral dans les bras de Milosevic, preuve que cette stratégie était absolument insensée.

Par Igor Mekina " Bien entendu, notre problème ne se trouve pas à Washington mais à Dedinje. Je ne sais pas pourquoi ils nous sont tombés dessus avec toutes leurs techniques de pointe alors qu’ils auraient pu en finir avec une seule et unique frappe. Ils nous envoient 400 avions et nous promettent que ça va durer longtemps, longtemps... Mais maintenant, ce n’est plus Milosevic qui est en question. Maintenant, c’est l’Etat, c’est nous. Ils n’ont pas le droit nous demander de nous séparer du Kosovo. Et nous ne nous en séparerons pas... " Voilà en gros le genre d’explications que l’on entend dans la bouche des citoyens les plus libéraux de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous