Tous en manif !

Révolte et répression en Serbie : le SNS d’Aleksandar Vučić ne souffre aucune opposition

| |

En mars dernier, les citoyens de Zaječar se sont soulevés contre les potentats locaux du Parti progressiste (SNS) d’Aleksandar Vučić. Lors d’un meeting contre les autorités municipales, deux acteurs ont rappé une chanson devenue le hit de l’opposition et l’étincelle de la révolte sur les réseaux sociaux. Mais cette performance leur a coûté leur emploi. Une stratégie de l’intimidation du pouvoir qui se répand dans tout le pays.

Par Saša Ilić Le modèle de gouvernement breveté par Aleksandar Vučić à Belgrade se répand de plus en plus dans le pays, ne rechignant pas à des attaques ouvertes contre ses opposants politiques, comme cela a été le cas à Inđija en Voïvodine. La destruction des autorités provinciales et la conquête de la Voïvodine sont les objectifs affichés du Part progressiste de Serbie (SNS). Les raisons avancées — manque de légitimité des démocrates à Novi Sad, déficit démocratique, corruption — sont en réalité des lieux communs que l’on retrouve dans toutes les campagnes des « progressistes ». Cependant, l’exemple de Zaječar, une ville de l’Est de la Serbie, où le SNS a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous