Le Courrier des Balkans

Dérive autoritaire en Serbie : Aleksandar Vučić ou l’asphyxie du pluralisme

| |

C’est une sombre année pour la liberté de la presse qui s’achève en Serbie, où l’on se croit revenu au plus noir des années 1990. Le régime d’Aleksandar Vučić, tout-puissant depuis les élections de mars 2014, fait peser une lourde chape sur les médias, mêlant censure directe et auto-censure - tout cela, bien sûr, au nom de la « perspective européenne de la Serbie ». Chronique d’une dérive autocratique.

Par Philippe Bertinchamps « Je suis la personne la plus critiquée dans ce pays. Regardez la une des journaux. Les trois-quarts ou les quatre cinquièmes sont contre moi ou mon gouvernement. Et c’est très bien. J’aime ça. » Retrouvez notre dossier : Serbie : Aleksandar Vučić ou l’ivresse du pouvoir absolu Vendredi dernier, le Premier ministre serbe Aleksandar Vučić (Parti progressiste de Serbie — SNS) a pourtant fait un étrange mea culpa : « Il y a quinze ans, j’étais ministre de l’Information, le plus stupide du monde ». La scène vaut son pesant de cacahuètes. Interrogé sur la liberté de la presse en Serbie par CNN pour la nouvelle chaîne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous