Monitor

Mois de mai, le joli mois de la yougonostalgie ?

| |

Lorsque les choses tournent mal, rien ne pousse aussi bien que la nostalgie. C’est un produit parfait dont on ne se rassasie jamais. La nostalgie ressemble à nos autres habitudes : plus on s’y enfonce, plus on en a besoin. Pourtant, le Monténégro n’a pas droit à la nostalgie de la Yougoslavie et du communisme car il a activement participé à l’éclatement de la Yougoslavie.

Par Andrej Nikolaidis Les gens de l’ex-Yougoslavie, où qu’il se soient arrêtés, portés par le vent des guerres des années 1990, sont particulièrement enclins à la nostalgie. Il ne s’agit pas là des histoires de nos anciens sur le bon temps d’autrefois. C’est la nostalgie de jeunes gens forts, qui devraient créer le présent au lieu de s’en souvenir. La Yougoslavie de Tito persiste pour nous dans un « sfumato » de souvenirs : un brouillard qui la cache en l’embelissant. Pour tous ceux qui se souviennent volontiers de la Yougoslavie, le mois de mai est la période des souvenirs les plus vifs. C’est d’abord le 9 mai, Jour de la victoire contre le fascisme qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous