Nova Makedonija

Macédoine : face à la crise, heureusement, il y a la diaspora

| |

Aujourd’hui, les transferts de fonds de la diaspora représentent environ 10% du PIB macédonien, une manne financière indispensable face à la récession mondiale. Depuis plus d’un siècle, la Macédoine est une terre d’émigration, avec des citoyens installés aux quatre coins de la planète. Analyse d’un phénomène qui fait vivre tout un pays et qui n’est pas prêt de se résorber.

Par Petranka Taleska & Goce Trpkovski Debar vit grâce aux dollars américains, Vinica des euros italiens, et en été le Širok Sokak de Bitola est surnommé « Open d’Australie ». De même, les liens entre la région de Prespa et l’Indiana et ceux de Tetovo avec Détroit sont connus tandis que les Albanais de la région de Polog vivent de l’argent envoyé par leurs familles installées en Allemagne, Suisse et Autriche. « Je vis depuis vingt ans en Australie. Je suis parti quand j’avais 18 ans, j’ai réussi à trouver un travail et obtenu la nationalité. Même si j’ai là-bas une femme et quatre enfants, je reviens tous les 2-3 ans en Macédoine pour voir le reste (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous